archive

Archives Mensuelles: novembre 2012

Exposition de retour de résidence sur les îles du Frioul .
Continuum propose un ensemble de recherches menées par l’artiste Luce Moreau en conditions insulaires.Depuis l’observatoire privilégié des îles du Frioul ont été étudiés divers protocoles photographiques, confrontant un outil spécifique à la malléabilité du regard. Malmené, surexposé ou détaillé, l’organe photosensible de la machine tend à une réaction défensive ; c’est dans une   analogie vers le vivant qu’il nous livre sa mécanique d’immunité. L’image accède par son biais à une poésie réflexe dont nous explorons les nouveaux paysages.

Luce Moreau est une photographe plasticienne
basée à Marseille.
Elle travaille au sein du collectif et association OTTOPROD
depuis 2006 sur des projets curatoriaux
et résidences d’artistes, tout en développant ses
recherches en photographie.
Ses travaux ont notamment été exposés lors du Mois
Européen de la Photographie au Luxembourg (2009)
et dans le cadre du festival Backlight (2008).

Résidence à suivre sur le site http://continuum-frioul.tumblr.com/

Vol de Nuits
du lundi au samedi de 15h à 19h
6 rue sainte marie 13005 marseille
T : 04 91 47 94 58
www.voldenuits.com

ImageImageImage

Altered Earth – Doug Aitken

Une œuvre de Land Art pour l’ère électronique. Altered Earth – Arles, city of moving images s’attache autant à la région d’Arles et de la Camargue qu’à la découverte d’une nouvelle expression du monde physique, distincte du présent. Altered Earth (qu’on peut traduire par « paysages remaniés ») est un « earthwork » du 21ème siècle. Cette œuvre multimédia est décrite par Doug Aitken comme « une somme d’instants et de fragments de temps décrivant les paysages de la Camargue. » Elle explore le paysage en perpétuel changement. L’installation d’Altered Earth crée une sorte d’architecture liquide issue de films projetés sur des écrans géants où le spectateur visite un labyrinthe d’images synchronisées en mouvement, donnant de nouvelles définitions au temps et au lieu. L’oeuvre est conçue comme expérience multimédia en connexion réelle.

Altered Earth est projetée comme une installation autonome dans la Grande Halle des Ateliers à Arles. L’installation se compose de 12 écrans de 8,5 m x 4,78 m, suspendu à 60 centimètres du sol. Grâce à ce support vidéo multi-écran vidéo, Altered Earth plonge le visiteur dans un monde d’images en mouvement, offrant une expérience unique de se promener à travers une nouvelle forme de paysage.  Les textes de Hans Ulrich Obrist, Sasha Frere-Jones et Lars Bang Larsen explorent les relations entre film/image en mouvement, land art, nouveaux médias, recherche originale et fiction/narration. Les musiciens White Rainbow, Lichens, Steve Roden, entre autres, ont contribué à la partition originale de ce projet. Dans un premier temps, l’oeuvre a été projetée place de la République à Arles, sur un écran de verre installé à l’occasion du programme d’été 2011 de la fondation Luma pendant les Rencontres Internationales de la Photographie d’Arles. Une deuxième projection a eu lieu à Londres à la Serpentine Gallery en octobre 2011, où l’application a été lancée. Il s’agit donc ici de la 3ème étape du projet.

Exposition du 20 octobre au 20 novembre 2012

Grande Halle, Parc des Ateliers, 24 avenue Victor Hugo – 13200 Arles.

http://www.doug-aitken-arles.com

http://www.dougaitkenworkshop.com/

 

ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage

 

 

 

RETOUR DE BIENNALE A MARSEILLE

BIENNALE DES JEUNES CRÉATEURS D’EUROPE ET DE MÉDITERRANÉE

Sélection française :
Younes Baba Ali, Vincent Betbeze, Jérémie Delhome, Sébastien Durante, Sophie Guerrive, Mathias Isouard, JRM, Arnaud Kwiatkowski, Sandra Lorenzi, Audrey Martin, Sophie Pellegrino, Moussa Sarr et cuba sur écoute.

Exposition du 16 novembre au 22 décembre 2012

Une production ESPACE CUTURE Marseille
En collaboration avec l’association Château de Servières

CHÂTEAU DE SERVIÈRES
11 – 19 bouevard boisson
13004 Marseille

www.chateaudeservieres.org

 

Image

Mathias Isouard – Hasard pendulaire 2012, installation sonore générative.

Jérémie Delhome – Sans titre 2012, Acrylique sur bois.

ImageImage

Sophie Pellegrino – Evolutives lines 2012, Sculpture bois, scotch.

Moussa Sarr – Versus 2012, vidéo 16/9 0’35.

Image

Sandra Lorenzi – Passé composé 2012, installation cartes postales découpées, porte-carte métallique.

ImageImage

Sophie Guerrive – Série médiévales Bataille, Enfers, Paradis, Orient, Mapa Mundi 2011, Dessin à l’encre sur carton.

Image

Arnaud Kwiarkowski – Super nature 2012

Image

JRM – Ultima ratio Regum ASMP – A1 2012, installation plastazote et PVC

Mouvement aléatoire des cartes //

Du jeudi 15 novembre 2012 au mercredi 30 janvier 2013

Galerie des grands bains douches de la Plaine
http://art-cade.net/art-cade/
ART-CADE, 35 bis rue de la Bibliothèque 13001 MARSEILLE

L’association art-cade* invite la commissaire d’exposition indépendante Cécile Bourne-Farrell pour la troisième édition de l’Autre bord, un rendez vous annuel consacré à la création contemporaine internationale et plus particulièrement méditerranéenne.

Les artistes : Mohssin Harraki, Katia Kameli, Farah Khelil, Grace Ndiritu, Otobong Nkanga, Catherine Poncin, Karim Rafi Andrea Stultiens, Achraf Touloub et James Webb

La relation que l’hexagone entretient avec le continent africain est souvent réduite à une dialectique simplificatrice qui exclut drastiquement la dimension de la mémoire comme vecteur de transmission de savoirs. Cette réduction engendre des simulacres culturels facilement exploités. Or, s’il fallait aujourd’hui envisager de parler de la création émergente, ce serait impossible, tant la situation y est dense, vaste, précaire et complexe. Les choix de Cécile Bourne-Farrell pour cette exposition Shuffling Cards portent sur la façon dont certains artistes entretiennent et s’approprient la notion d’archive et de transmission. Comment adaptent-ils et restituent-ils celles-ci dans leurs travaux à partir de leur propre vécu plus ou moins lointain du continent africain et comment ces archives au sens large du terme sont constitutives de leurs œuvres ? Les situations instables de cette partie du monde et les désirs de changer le cours de l’histoire ont provoqué des changements de paradigmes dans les récentes révolutions du monde arabe, loin d’être achevées : les enjeux se déplacent et donc les cartes bougent !

 

ImageImageImage

Andrea Stultiens – The Kaddu Wasswa archive 2008-en cours

ImageImage

Karim Rafi – impedimentum (entrave) 2012 Platine vinyle, disque vinyle 33t, un sticker, un préamplifiateur phono, un ampli, deux speakers, caisson étagère, quatre roues, multiprises.

ImageImage

Achraf Touloub – Suite de Trois dessins sans titre sur papier encadrés 2012 Courtesy de l’artiste et de la galerie Martine Thibault de la Châtre, Paris.

Image

Otobong Nkanga – Fattering room 2001 Photographie couleur sur papier encadré 90x190cm, accompagné d’un fascicule

ImageImageImage

Hegemonic Market – Maxime Touratier

15 novembre 2012 – 5 janvier 2013
Galerie Gourvennec Ogor

7 rue Duverger, 13002 Marseille
 
 
L’esthétique standardisée des panneaux signalétiques induit la double lecture de la notion de matérialité de l’objet et de son appropriation.
Il y apparait cette stabilisation de la communauté du quotidien à travers ces logos géants et l’émergence éphémère de notre impression cinétique d’une culture consumériste qui génère ses propres esthétiques.
 
ImageImage

TILT – Rob de Oude

15 novembre 2012 – 5 janvier 2013

Galerie Gourvennec Ogor 7 rue Duverger, 13002 Marseille

http://www.galeriego.com/

Rob de Oude peint des lignes droites, des dizaines et des dizaines de lignes droites qui achèvent de donner dans leur multitude une impression de lignes courbes. Cet artiste d’origine hollandaise, vivant à Brooklyn, parvient à cet effet grâce à un processus de travail précis et rigoureux. À force de patience et détermination, il superpose les uns après les autres des niveaux de matrices rayées jusqu’à ce que celles-ci commencent à se déformer. Cette « ruse » opti

que s’apparente aux fondements du mouvement Op Art (Optical Art) dans sa prédisposition aux tendances maximalistes qui visent à confondre la vision par une surcharge graphique.
Ces réseaux superposés sans fin ont bien sûr des résonances moins abstraites pour notre époque, habituée à une stimulation optique incessante, la connectivité instantanée, et un plaisir visuel disponible à la demande.
[…]
 
Image