archive

Archives Mensuelles: avril 2013

Hyères 2013 / 28e Festival International de Mode & de Photographie / 26 – 29 Avril / Expositions du 27 Avril au 26 Mai

Image

sélection photographes 2013 (Mes choix)

ImageImage

Grace Kim – Constellations – Etats-Unis www.grace-kim.com

Image

Dominic Hawgood – The Conversation – Royaume-Uni www.dominichawgood.com

Image

Lena Amuat & Zoe Meyer – Artefakte und Modelle – Suisse www.lenaamuat-zoemeyer.com

Image

David Favrod – Gaijin – Suisse http://www.davidfavrod.com

Image

John Mann – Pack ice – Etats-Unis www.rockpapercloud.com

sélection stylistes 2013 (Mon choix)

Tomas Berzins & Victoria Feldman – Russie & Lettonie – Collection Femme www.victoriatomas.com

ImageImageImageImageImageImageImageImage

expositions 2013 (Mes choix)

Image

Jessica Eaton – http://www.jessicaeaton.com

ImageImage

Pierre Debusschere – I know simply that the sky will last longer than I –

Image

Charles Fréger – L. 12. 12 / Commande photographique de Lacoste – www.charlesfreger.com

ImageImage

Felipe Oliveira Baptista – A screen to the brain

Crée par Alexandre de Betak et produit par bureau Betak. Bande sonore par Michel Gaubert. Felipe, Président du jury du 28ème Festival international de Mode et de Photographie d’Hyères nous invite à un aperçu de son esprit. Alexandre le Betak a créé cette installation artistique pour célébrer le 10ème anniversaire de la maison Felipe Oliveira Baptista. L’installation montre une grande variété de visuels et de films représentants le processus créatif de Felipe et de son travail. 80 écrans disposés sous la forme d’un cerveau en 3D de 2 mètres de diamètre sont placés sur la piscine vide de la Villa Noailles. Ces écrans diffusent des dessins, des références, des photographies, des vidéos, d’anciens shows, des articles de presse et des collages qui guident le spectateur à travers plusieurs histoires.

Commissariat : Barbara Coutinho, directrice MUDE. Le MUDE (Museum of design & fashion) de Lisbonne invite Felipe Oliveira Baptista à occuper son espace d’exposition principal (1500m2) de septembre 2013 à janvier 2014.

http://www.villanoailles-hyeres.com/hyeres2013/index.php

 

 

LA DERNIERE VAGUE, Surf, Skate et Custom Cultures dans l’art contemporain.

Du 25 avril au 09 juin 2013 Panorama – Friche Belle de Mai – 41 rue Jobin 13003 Marseille

De la vidéo à la photographie, du graphisme au street art, et de la sculpture aux installations, en passant par les collections d’objets cultes, cette exposition inédite porte sur les diverses manières dont les cultures du surf, du skateboard et du custom apparaissent dans l’art contemporain. La Dernière Vague entend montrer que ces cultures, nées en Amérique du Nord mais aujourd’hui largement mondialisées (on skate en effet aussi bien en Suisse qu’en Ouganda), ont généré des formes que certains artistes, parce qu’ils étaient souvent eux-mêmes surfers, skaters ou bikers, ont inclues à leur pratique artistique et transformées.
Sur près de 2 500 m2, une centaine d’œuvres de 58 artistes seront exposées dont vingt pièces produites pour l’occasion.

Vito Acconci, Wilfrid Almendra, Kevin Ancell, Xavier Antin, Gilles Barbier, Julien Beneyton, Madeleine Berkhemer, Antoine Bouillot, David Bowen, Thomas Campbell, Benjamin Chasselon, Larry Clark, Julien Colombier, John Cornu, Collection Dimitri Coste, Russell Crotty, Collection Gérard Decoster, Pierre Descamps, Daniel Dewar & Grégory Gicquel, John Divola, ESPO, Mathias Fennetaux, Katharina Fritsch, Mike Giant, Shaun Gladwell, Yann Gross, Éva Jospin, Alexander Klein, Koo Jeong A, KoolFunc’88, Harmony Korine, Andrew Lewicki, Robert Longo, Ari Marcopoulos, Hubert Marot, Patrick McCarthy, Ryan McGinley, Pierre Michelon, Olivier Millagou, Olivier Mosset, Jay Nelson, Hervé Paraponaris, Parra, Bruno Peinado, Jim Phillips, Julien Prévieux, Remed, Luc Rolland, Nathaniel Russell, Tom Sachs, Lionel Scoccimaro, John Severson, Collection The SK8room, Craig R. Stecyk, Ed Templeton, Tilt, Raphaël Zarka.

Commissaire : Richard Leydier
Conseiller artistique : Guillaume Le Goff

http://thisisnotmusic.org/

Image

Bruno Peinado –  Sans titre, California’s system game over, 2007 8 modules, aluminium, peinture polyuréthane, impacts, 220x60x39cm Courtesy Galerie Loevenbruck, Paris

Image

Xavier Antin – 5 Conversations

Image

Bruno Peinado –

Sans Titre, C.R Stecyk 1250″ NZ Zebula, 2007 240x60cm

Sans Titre Black Flag 86″ NZ 1770, Open Cluster, 2007 220x60x40cm

Aluminium, peinture époxy, haches, couteaux, scies, Courtesy Galerie Loevenbruck, Paris

Image

KoolFunc’ 88 – We bring justice 2013 Peinture aérosol

Image

Antoine Bouillot – Welcome to reality, 2013 Bois, Or 24 carats, indépendent trucks, roues Courtesy Antoine Bouillot

Image

Antoine Bouillot – Louis love overcomes our depression, 2012 Résine peinte, métal, fourrure vison, bague crystal 30x35x30cm Courtesy Antoine Bouillot

Image

Julien Beneyton – Food not bomb & coeur brisé 2009 Acrylique sur papier Collection Privé, Paris

Image

Ed Templeton – #2 Allison #1, 2010 Tirage argentique, peinture à la bombe et encre 150x120cm Courtesy Tim Van Laere, Antwerp

Image

Mathias Fennetaux – No Skateboarding, Photos extraites de l’ouvrage No SkateboardingImage

The SK8 Room Collection – Harmony Korine – Shirtless man 2011 ed 500 / Macaulay 2011 ed 500

Image

Raphael Zarka – Forme de repos n°9, 2006 Tirage Lightjet 70x100cm Collection privé Josée et Marc Gensolien, Marseille

Image

Ari Marcopoulos – Daytona 2000-2010 impression pigment carbone sur papier de riz 130×86,5cm Courtesy Galerie Frank Elbaz, Paris

Image

Andrew Lewicki – Gold-Plated skate rail, 2007 Acier plaqué-or 50x230x11cm Courtesy Andrew Lewicki

Image

Jim Phillips – Hand Wave, 2012 Sérigraphie 66x51cm

Image

Mike Giant – Sans titre Sérigraphie 29,7x42cm Courtesy de l’artiste

Image

Lionel Scoccimaro – Santa Barbara palm trees sunset, 2005 Dimension variable, impression jet d’encre / Evel vs. Jennifer (Série Custom made 2003) Gerry vs.Denise (Série Custom Made 2003) Troy vs.Chloé (Série Custom made 2003) Photographie 68x48cm Courtesy Galerie Olivier Robert, Paris

Image

Madeleine Berkhemer – milly, Molly, Mandy, 2002 impression sur bois 80x20cm ed 14/30, 12/30 & 10/30 Courtesy Madeleine Berkhemer

Image

Lionel Scoccimaro – Customisez vanity thing, 2010 Casques, peinture, bois, métal Courtesy Galerie Olivier Robert, Paris

Image

Image

Ryan McGinley – untitled (Lily black eye) 2005 Photographie 121x182cm Collection Agnès.b Paris

Image

Ryan Mc Ginley – Jake (Golden) 2003 Photographie 68x101cm

Image

Larry Clark – Untitled (Série Kids) 1995 C.Print 54x43cm Courtesy Galeire Kamel Mennour, Paris

Image

Katharina Fritsch – Postcard 1 (Surfer) 2008 encre et acrylique sur panneau en plastique 280x195cm Collection Tovar,  Courtesy Matthew Marks Gallery, Londres

Image

Tom Sachs – Quarterpipe 2008 Bronze 102x178x201cm each Courtesy Galerie Thaddaeus Ropac, Paris/Salzburg

Champ harmonique

Un parcours musical et poétique dans le paysage grandiose des Goudes entre mer et collines.

Marseille Provence, territoire du vent, ne pouvait qu’inspirer Pierre Sauvageot, le compositeur-directeur de Lieux publics. Il a conçu un parcours symphonique qui plonge l’auditeur au coeur d’un millier d’instruments de musique activés par le vent. En jouant avec des sonorités sans cesse renouvelées, en s’inscrivant dans un paysage magique, Champ harmonique invite à un parcours au coeur de la musique et de la nature. Plus d’infos, ici.

Toutes les infos accès en un clic, ici !

ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage

R.STEVIE MOORE (Songwriter autodidacte, home studio pop / Tennessee, USA)

Dans la galerie des génies freaks US, R. Stevie Moore reste un secret bien gardé. Chanteur compositeur et multi-instrumentiste de génie dont l’oeuvre, aussi inclassable qu’intarissable, recèle plus de 400 albums enregistrés chez lui de 1968 à nos jours. Il est certainement l’un des génies les plus injustement méconnus de l’histoire contemporaine.

Dès que la technologie l’autorisa, beaucoup de musiciens s’enregistrèrent dans leur chambre dans l’unique but de se réécouter et parfaire leurs gammes. A l’époque des 78-tours déjà, des anonymes enregistraient comme on se faisait tirer le portrait, avant que des jazzmen libérés ne s’attèlent à la tâche, suivis par les ruraux du rock de l’ère psychédélique. L’esprit Do It Yourself se répandait progressivement.

De tous, R. Stevie Moore est un des rares à s’être imposé sur la longueur. Fils du légendaire Bob Moore ( musicien country ayant accompagné entre autres Bob Dylan et Elvis Presley) et grand frère de Linda Moore, chanteuse/bassiste depuis les années 80 dans le groupe de country-pop Calamity Jane, Robert Steven Moore est né le 18 janvier 1952 à Nashville, dans le Tennessee. Ayant grandi dans un environnement musical fructueux, Moore maîtrisait dès son plus jeune âge différents instruments tels que la guitare, le piano, la basse et la batterie.

Il forma son premier groupe, « the Marlborough » à l’âge de 15 ans. A l’aide d’un enregistreur quatre pistes qui lui fut offert à l’occasion de ses 16 ans, Moore commença à enregistrer les performances lives de « the Malborgough » ainsi que d’étranges morceaux à base de spoken world, des parodies et ses premiers véritables morceaux en one-man band. Alors que ses amis de lycées multipliaient les concerts en ville dans le cadre de différents projets musicaux, Steevie Moore consacrait, de son côté, la plupart de son temps à l’écriture et à l’enregistrement de morceaux, développant doucement un style hybride de plus en plus personnel.Cette esthétique « Do it yourself » constituera la démarche de l’artiste tout le long de sa carrière.

Depuis 1968, R. Stevie Moore publie très discrètement une moyenne de trois albums par an, tous (ou presque) enregistrés dans son home-studio sur des bandes analogiques qu’il triture, accélère et renverse.

En 1976, il édite un premier disque, le merveilleux « Phonography », qui déborde de hits décomplexés (I wish I could sing, Goodbye piano…). Mélodiste incomparable, songwriter drôle et poétique, il traverse les années 80 sans trouver d’autre tribune que l’émission télévisée d’Uncle Floyd, quelques critiques dithyrambiques et le label français « New rose ». « J’ai bossé plus dur que quiconque pour devenir riche et célèbre, et je suis resté pauvre et anonyme » s’amuse R. Stevie Moore dans une interview pour le magazine « Vanity Fair ».

D’une générosité musicale impressionnante, l’artiste enregistra plus de 4OO cassettes en près de 45 ans de carrière, explorant bon nombre de styles, des plus expérimentaux aux plus populaires. Plus d’un milliers de chansons enregistrés sur cassettes et CD-Rs sont référencés sur le catalogue de son propre label « The R. Stevie Moore Cassette Club » proposé en ligne sur son site internet www.rsteviemoore.com.

Légende, génie, pape lo-fi, R. Stevie Moore s’est vu affublé pas mal de statuts aussi cultes qu’inutiles qu’il accepte bien volontiers avec toute la dérision que lui confère sa longue carrière dans l’ombre au côté d’artistes comme Yukio Young, Ariel Pink, Mike Watt et beaucoup-beaucoup d’autres. En 1984 le magazine « Actuel » avait couronné « Everything you always wanted to know about R. Stevie Moore (but were afraid to ask) » disque de l’année, tandis que « Rock & Folk » en intronisait l’auteur ultime savant-fou auprès de Kim Fowley, Frank Zappa et Captain Beefheart. En février 2005, le journaliste Tammy LaGorce fait l’éloge de Moore en le qualifiant de « légende lo-fi » dans le « New York Times ».

À l’âge de soixante et un ans, le futur semble toujours aussi radieux pour ce musicien hors pair à la carrière artistique des plus remarquable.

=> http://rsteviemoore.bandcamp.com/
=> http://www.myspace.com/thersteviemoore

Live @ L’embobineuse le 21 Avril 2013

ImageImageImageImageImageImage

Arnaud Maguet & Hifiklub present
« I Am A Genius (And There’s Nothing I can Do About It) », a film about some situations with R. Stevie Moore.
Shot in Nashville, TN

Matta : du Surréalisme à l’Histoire du 15 février au 19 mai 2013

Pour célébrer la réouv­erture du Musée C­antini – un écrin abritant l’une des plus belles collections d’art moderne de France – le public  est invité à (re)découvrir l’œuvre de Matta (1911–2002). L’exposition rassemble « Cinquante tableaux, très souvent de très grands formats – de quatre à dix mètres – et un cabinet d’arts graphiques de cinquante dessins environ. » explique Christine Poullain, directeur des musées de Marseille. « Le propos, c’était de réaliser l’exposition la plus complète, la plus exhaustive de Matta possible. » dit-elle. Les oeuvres proviennent des musées et des collections privées du monde entier, mais aussi de la famille Matta. Le surréaliste chilien qui passa la majeure partie de sa vie loin de son pays natal, laisse à la postérité une œuvre abondante, inédite jusque-là à Marseille, souvent composée de formats monumentaux. Le fil conducteur de l’exposition réside dans le cheminement qui a conduit l’artiste des voies de l’automatisme surréaliste à une représentation  métaphorique des grands bouleversements de l’Histoire de la deuxième moitié du XXe siècle. L’exposition balaie ainsi tout le  parcours intérieur de l’artiste : « On commence par les tableaux surréalistes qui expriment la voix de l’inconscient, de l’automatisme, de l’imaginaire et des fantasmes qui sont les principes du surréalisme. » précise Christine Poullain. A ces conflits de l’inconscient, Matta substitua peu à peu sa version des chocs historiques. Le travail de restauration accompli sur les oeuvres mérite lui aussi d’être souligné. Ainsi, deux années auront été nécessaires pour qu’une oeuvre monumentale de trois mètres sur dix soit enfin montrée au public. 

Musée Cantini, 19, rue Grignan 13006 Marseille
Du mardi au dimanche de 10h à 18h ­
Nocturne le jeudi jusqu’à 22h
Fermé le lundi et le 1er mai ­

Image

Sans titre, 1947-1948 Huile sur toile – Musée d’Art Moderne de St Etienne Métropole, Legs de Mme Jacqueline Victor Brauner 1987

Image

Xpace and the Ego, 1945 (Détail) Huile sur toile – Centre Pompidou, Paris Musée National d’Art Moderne / Centre de création industrielle

Image

Veni, Vidi, Vici, 1957 Huile sur toile – Collection Ramuntcho Matta

 

Les pique-niques point de vue invitent les herbes sauvages à notre table. Constitués d’ingrédients du territoire traversé par le GR®2013, ils questionnent et envisagent la traditionnelle opposition ville/nature et racontent la nature riche et contrastée du paysage provençal. Les pique-niques sont accompagnés d’expériences, d’observation et de découverte gustatives des plantes sauvages mais aussi du comptoir des paysages : un cabinet d’exposition des saveurs du GR®2013. Ces pique-niques sont issu de la résidence de création « Paysages gustatifs », une invitation du collectif SAFI à des chefs cuisiniers, à parcourir certains segments du GR®2013 pour un temps de rencontres et de cueillettes qui facilitent la découverte du sentier par tous les sens.

Les chefs
Pierre Giannetti (Le grain de sel, Marseille) / Xavier Zapata (Les pieds dans le plat, Marseille)
qui valorisent les savoir-faire précieux des hommes et le biotope des rives de « la mer de Berre ». Ils utilisent la criste marine au goût anisé, le mulet appelé localement Muge et ses oeufs si savoureux. Ces produits nous racontent la présence historique des hommes sur ce site, mais aussi les pêcheurs dans les calens et l’ingéniosité des plantes sauvages adaptées à la présence du sel dans les terres.

Site Archéologique de Tholon, avenue Alexander Fleming 13500 Martigues

Conception : Association SAFI collectif SAFI.
Production : Marseille-Provence 2013, Capitale européenne de la culture, Villes partenaires.
Avec le concours d’Esprit Gourmand, de la Chambre départementale d’Agriculture 

http://www.mp2013.fr/gr2013/

ImageImageImageImageImageImageImage

Pierre Giannetti & Xavier Zapata

ImageImage

Menu :

. Fenouil confit, bouillon froid de Melet et jeunes pousses de fenouil

.Criste maritime en gaspacho, moules, oignons au vinaigre

. Socca au Sumac, poireaux des vignes, poutargue au gribiche, diplotaxie en crème d’ail fumé et Muge au sel

. Pistou de roquette à petites feuilles, pois chiche et poulpe

. Bettes maritimes en pain de campagne

. Amande en biscuit et cerise sur le gâteau

. café et amandes caramélisées au fenouil

. Grand Blanc, domaine Henri Milan, 2010

ImageImage

 

VOUS AUSSI VOUS AVEZ L’AIR CONDITIONNÉ

Une exposition proposée par Camille Videcoq sur une invitation du réseau  Marseille expos

En partenariat avec les Galeries Lafayette, Marseille expos et Rond Point Projects dans le cadre de Marseille-Provence 2013 Capitale européenne de la culture.

Artistes : Berdaguer & Péjus, Anne-James Chaton, Olivier Dollinger, Alexandre Gérard, Chourouk Hriech, Arnaud Maguet, Nicolas Momein, Marc Quer, Alain Rivière, Véronique Rizzo, Timothée Talard et Julie Vayssière.

Tirant argument d’une observation attentive et décalée du lieu où elle s’inscrit, l’exposition « Vous aussi vous avez l’air conditionné » opère un rapprochement entre la notion de conditionnement et l’air conditionné, équipement incontournable des grands bâtiments du monde entier. Manipuler l’air, le dompter pour s’affranchir des contraintes du climat, le défi auquel répond l’air conditionné a inspiré à plusieurs générations d’architectes et d’artistes, des réflexions radicales et des projets utopiques associant prouesse technologique et émancipation, dématérialisation de l’architecture et bouleversement des coordonnées sociales autant que spatiales. Un premier axe se dessine dans l’exposition par le biais d’oeuvres qui prolongent et actualisent cette filiation (Berdaguer et Péjus, Chourouk Hriech) ou qui l’évoquent plus indirectement (Alexandre Gérard, Véronique Rizzo, Marc Quer). Répondant au double sens du titre, les autres oeuvres renvoient parallèlement aux différents sens et phénomènes couramment associés à la notion de conditionnement, qu’on y entende le traitement des matériaux (Nicolas Momein) ou le modelage des esprits et des corps (Olivier Dollinger, Alain Rivière), l’influence du langage (Anne-James Chaton) et des images véhiculées par les médias et la culture de masse (Arnaud Maguet). Comme le suggère la tournure affirmative de la formule-titre, l’air conditionné se fait la métaphore d’une condition commune à partir de laquelle chacun, construisant son propre parcours dans l’exposition, pourra interroger les différents « conditionnements » physiques, psychologiques et culturels qui configurent son expérience personnelle. Ainsi, la notion de conditionnement peut-être envisagée non plus seulement comme ce qui nous influence malgré nous, mais comme l’environnement au sens large que nous partageons avec d’autres – de l’air que nous respirons aux représentations collectives – et au contact duquel se forge la dimension singulière de chaque identité.

Camille Videcoq

www.rondpointprojects.org

LA GALERIE DU 5ÈME 40, rue Saint-Ferréol 13001 Marseille – 5ème étage des Galeries Lafayette

Entrée libre, visites sur rendez-vous, Exposition du 13 avril au 15 juin 2013

Image

Véronique Rizzo – You are under control 2008, métal, miroirs de surveillance, dimensions variables, courtesy de l’artiste.

Image

Marc Quer – Encore une installation 2008, 4 posters de 32x45cm 500 ex Editions P

Image

Chourouk Hriech – 3 natures 2009, Encre de Chine 29x42cm Courtesy JGM Galerie.

Image

Anne-James Chaton – Serie How is your life 2013, nouvel élément tirage photo 120x140cm Courtesy Galerie Porte Avion.

Image

Timothée Talard – Pas encore titré (Arc-en-ciel blanc) 2013, peinture vinylique, peinture à l’alcool, xylène et dérivés d’hydrocarbures sur toile 100x100cm Courtesy Galerie Gourvennec Ogor.