Tamara de Lempicka, La reine de l’Art déco

« Alors que l’Art nouveau s’essouffle et voit ses formes évoluer vers un abandon de l’arabesque, retourner vers une géométrisation et se transformer petit à petit en ce qui s’est appelé l’Art déco, la représentation de la figure féminine va, elle aussi, connaître une évolution majeure.

De la sensualité et l’érotisme, nous allons passer à une sexualité transgressive beaucoup plus poussée. La figure de la « garçonne » comme caractéristique marquante de l’Art déco va donner à Tamara de Lempicka une position prépondérante dans ce mouvement, au point d’en faire son égérie.

La sexualité assumée de Tamara – bien que mariée deux fois, elle affiche ouvertement son goût pour les femmes et exprime librement son homosexualité – va correspondre à la volonté d’émancipation des femmes à cette époque. À l’égal de Louise Brooke ou de Joséphine Baker, Tamara de Lempicka va incarner cette image d’une femme dont le statut est équivalent à celui de l’homme.

Tamara est contemporaine de l’Art déco. Elle crée ses plus belles œuvres de 1925 à 1935. Sa carrière et sa vie sont plus que liées à ce mouvement dont elle est la plus célèbre représentante. Illustration des Années folles, d’un mode de vie, d’une forme de mondanité et de liberté de création et de pensée, elle adopte un style très particulier qui lui donne une place tout à fait à part dans l’art moderne. Inclassable, elle signe pourtant les plus beaux chefs-d’œuvre de l’Art déco.

La Pinacothèque de Paris choisit aujourd’hui de montrer l’œuvre de Tamara et d’illustrer la manière dont cette artiste, par ses travaux mais aussi par sa personnalité inclassable et ambiguë, va coller parfaitement à la période qu’elle incarne. Sa vie très mondaine et théâtrale est une succession de mises en scène donnant le premier rôle à la modernité et au luxe. Ce rapport à la transgression et aux idées progressistes en fait sans doute le personnage le plus troublant du début du xxe siècle. Jouant sans état d’âme sur les attitudes érotiques des femmes, ou tout au moins leur sensualité, elle les place néanmoins dans un univers néo-cubiste et profondément Art déco. »

du 18 avril 2013 au 08 septembre 2013

Pinacothèque de Paris

8, rue Vignon
75009 Paris

http://www.pinacotheque.com/fr/accueil.html

ImageImage

Nu aux voiliers, 1931 Huile sur toile signée Bruce R.Lewin Fine Art

Image

Nu adossé I, 1925 Huile sur toile signée Collection privée, Europe

Image

La Tunique rose, avril 1927 Huile sur toile signée Collection Caroline Hirsch

Image

Etude pour le portrait d’Ira.P, 1930 Crayon sur papier Collection Yves et Françoise Plantin

Image

Portrait d’Evelyne.P, 1932 Huile sur bois Collection privée

Image

Femme devant son miroir c.1924 Crayon sur papier Fondation V.M Contreras

Image

La Polonaise, 1933 Aquatinte sur papier de chine Collection Michèle et Alain Bondel

Image

Nicholas W.Orloff – Tamara et Salvador Dali, 18 avril 1941 Photographie noir et blanc Collection Richard et Anne Paddy, Etats-Unis

Image

Chambre d’hôtel c.1951 Huile sur toile signée Collection privé

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :