archive

architecture

Exposition du 1er Juillet au 30 septembre 2016 sur réservation http://friche-escalette.com

un projet d’Eric Touchaleaume http://galerie54.com/diaporama/escalette

Parc de sculpture et d’architecture légère
Route des Goudes, impasse de l’Escalette
13008 Marseille

 

IMG_6035IMG_6039IMG_6045IMG_6056IMG_6063IMG_6051IMG_6054IMG_6048IMG_6052

 

 

 

 

Publicités

Une centaine  d’oeuvres et maquettes autour du thème de l’architecture sont rassemblées dans cette belle demeure et son jardin. Utopies d’artistes contemporains et oeuvres d’art, tout exprime ici la quête artistique alliée à la réflexion sur la structure, l’espace, l’équilibre.

Fondation Villa Datris pour la Sculpture Contemporaine, 7 avenue des 4 Otages 84800 L’isle-sur-la-Sorgue

http://www.villadatris.com/

Exposition du 14 Mai au 1er Novembre 2015

Nicolas Sanhes – IP1 2006 acier HEA 120mm

Antti Lovag – Habitat studio bulles, 2014 résine, bois

André Bloc – Scupture habitacle, 1960 fils métalliques

Ann Veronica Janssens – Magic Mirror Green, 2014 film polyester dichroîc, verre security, verre float

Xavier Veilhan – Jean Nouvel, 2009 aluminium, peinture polyuréthane

Daniel Buren – Elévation colorée, Travail in Situ mai 2015 filtres transparents colorés, bandes adhésives blanches sur ascenseur, oeuvre in Situ sur colonne d’ascenseur 9m

Jean-Yves Barrier – Sculpture nomade, 2014 aluminium laqué

Ciris-Vell – Palafittes à l’horizon 2050, 2015 résine, acier, béton

Wim Delvoye – Cement Truck, 2010 (détail) inox

Jean Denant – Module n°4 à n°10, 2015 (détail) impression photo sur plâtre dentaire

La Fratrie – it’s hard to leave this shitty paradise, 2014 technique mixte et peinture acrylique

Medji Houari – Equilibre, 1986 laiton et cuivre

Jean Suzanne – Prémices d’architecture, 2013 acier inoxydable, acier corten

Pierre Malphettes – Une Fenêtre, 2008 néon blanc

Manuel Merida – Usuyuki/ Chantier III 2013-2015 bois peint, tissu, métal, carton, fils, moteur, installation in Situ

Annette Streyl – Fernsehturm Berlin, 2004 laine et structure métal

Dan Graham – Pavilion Porte de Versailles, 2009 (détail) 2 way mirror glass, aluminium, MDF, peinture acrylique

François Morellet – 2+4 angles droits n°3, 2012 acrylique sur toile et tubes néons blancs

Nicolas Grospierre – 3D➞2D 2007 impression lambda C monté sur bois et laqué, visiteur en métal sur pied

Sarah Sze – Notepad 2008 (détail) lithographie offset coupée au laser sur papier somerset et bristol strathmore

Laurent Baude – ZigZag, 2015 (détail) bronze pli

Szajner – Mujo, 2013 (détail) bois

Jaildo Marinho – Tres stelas, Bonnieux 2013 marbre blanc de Carrare et acrylique

2750 Route De La Cride, 13610 Le Puy-Sainte-Réparade

http://chateau-la-coste.com/

Tadao Ando, Centre d’Art, 2011

Hiroshi Sugimoto, mathematical model 012 surface of revolution with constant negative curvature, 2010

Alexander Calder, Small Crinkly, 1976

Louise Bourgeois, Crounching spider 6695, 2003

Sean Scully, Boxes full of air, 2015

Sean Scully, Wall of light cubed, 2007

IMG_4001

Tunga, Psicopompos, 2011

Andy Goldsworthy, Oak room, 2009

Tadao Ando, Origami benches, 2011

Tadao Ando, La Chapelle, 2011

Jean-Michel Othoniel, La Grande Croix Rouge, 2007-2008

Michael Stipe, Foxes, 2008

Tracey Emin, Self-portrait : cat inside a barrel, 2013

Liam Gillick, Multiplied resistance screened, 2010

Richard Serra, Aix, 2008

Tom Shannon, Drop, 2009

Guggi, Calix Meus inebrians, 2009

Tadao Ando, Pavillon « Four cubes to contemplate our environnement » 2008-2011

Frank O.Gehry, Pavillon de Musique, 2008

Jean Nouvel, Chais de vinification, 2008

Le Corbusier à Marseille, ville où il a construit, entre 1945 et 1952, la Cité radieuse, une unité d’habitation d’envergure, célèbre dans le monde entier. Découvrez les différentes facettes de cet architecte atypique, également urbaniste, dessinateur, peintre et sculpteur, à travers 250 œuvres originales de 1935 à 1965 présentées au J1, vaste hangar offrant de nombreuses échappées sur la ville, la mer et la lumière.

Exposition du 11 Octobre au 22 Décembre 2013

J1, Place de la Joliette, boulevard du Littoral 13002 Marseille

http://www.fondationlecorbusier.fr/

Image

Femme se tenant les seins vers 1926-1928 Crayon et pastel sur papier, Fondation Le Corbusier Paris

Image

Femme en buste avec collier bleu et cigarette vers 1926 Crayon et pastel sur papier, Fondation Le Corbusier Paris

Image

Femmes de Music-Hall dans leur loge vers 1926 Crayon et pastel sur papier, Fondation Le Corbusier Paris

Image

Racine et cordage 1931 Crayon graphite et pastel sur papier collé sur carton, Fondation Le Corbusier Paris

Image

André Bauchant, Portrait de Le Corbusier 1924 Huile sur toile Fondation Le Corbusier Paris

Image

L’ennui régnait au dehors ! 1950 Papier collé, encre noire et crayon graphite sur papier collé sur contreplaqué, Fondation Le Corbusier Paris

Image

La sieste – Femme Arabe allongée avec collier et bracelet vers 1931-1932 Crayon et pastel sur carton, Fondation Le Corbusier Paris

Image

Deux femmes dénudées et voilées vers 1931-1932 Crayon et pastel sur carton, Fondation Le Corbusier Paris

Image

Visite de Picasso, Unité d’habitation de Marseille, septembre 1949, Fondation Le Corbusier Paris

Image

Le Modulor 1945 Croquis d’étude du Modulor pour Marseille avec indications, cotes, calculs, crayon de couleur, encre noire sur papier, Fondation Le Corbusier Paris

Image

Cabanon, Roquebrune-Cap-Martin France 1949 Fondation Le Corbusier Paris

Image

Deux femmes dont une couchée sur le dos tête renversée en arrière vers 1936-1939 encre noire sur papier vélin, Fondation Le Corbusier Paris

Image

Trois Figures « Bado » 1943 Huile sur contreplaqué, Fondation Le Corbusier Paris

Image

Petit Homme 1944 bois naturel, Fondation Le Corbusier Paris

Image

Les Mains 1951 Tapisserie, Fondation Le Corbusier Paris

Image

Trois femmes debout 1956 émail, Fondation Le Corbusier Paris

Image

Petites confidences 1962 cadre en châtaigner et sculpture en acajou naturel, Fondation Le Corbusier Paris

Image

Main ouverte 1963 émail, Fondation Le Corbusier Paris

MuCEM Musée des Civilisations de L’Europe et de la Méditerranée

Le nouveau musée construit sur l’ancien môle portuaire J4 par l’architecte Rudy Ricciotti sera le coeur du MuCEM. Un lieu dédié à la découverte des étapes majeures des civilisations méditerranéennes, traitant de thématiques aussi marquantes que l’invention des dieux, les trésors de la route des épices, les visions de Jérusalem, le banquet des citoyens ou le cabinet des Sept Merveilles du monde.

 Le public passera ensuite aux arcades et salles voûtées cachées dans les entrailles de pierre du fort Saint-Jean, monument historique datant du XIIe siècle. En empruntant une passerelle haute, jetée au dessus de la mer, il profitera de panoramas spectaculaires et invisibles jusqu’alors. Ici le visiteur pourra déambuler dans un nouveau jardin méditerranéen et s’émerveiller devant les richesses des collections d’arts et traditions populaires du MuCEM.

 Un troisième site situé dans le quartier de la Belle de Mai, non loin de la gare Saint-Charles, abritera le Centre de conservation et de ressources (CCR), conçu par l’architecte Corinne Vezzoni. Lieu de conservation des collections, le CCR sera également l’occasion de faire visiter les coulisses du musée. Il accueillera un espace évoquant l’histoire du musée, ouvert lui aussi au public.

 J4 : 15 000 m2 dont 3 700 m2 d’espace d’expo

 Fort Saint-Jean : 15 000 m2 dont 1 900 m2 d’espace d’expo

 CCR : 10 000 m2 dont 7 000 m2 de réserves

http://www.mucem.org/fr

 

ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage

 

Un Monde ParfaitMARTINE FEIPEL & JEAN BECHAMEIL

Exposition du 23 Mars au 11 Mai 2013

Martine Feipel & Jean Bechameil ont représenté le Pavillon Luxembourgeois à la dernière Biennale de Venise 2011.

L’exposition intitulée ‘Un monde parfait’ portera sur l’architecture moderniste et ‘utopiste’ des années 50-70, et plus spécialement sur les habitations sociales de cette époque ; les Grandes Ensembles. Programmés et imaginés pour répondre à la crise du logement et au besoin d’une grande collectivité, ces cités sont devenues des monuments symbole d’une génération et d’une époque. Leurs démolition ou leur rénovation sont souvent l’enjeu de débats et de polémiques. En même temps que leurs occupants semblent développer un lien presque patrimoniale, on voit certaines communes pressées d’en finir avec ce qui est pour elles « une zone à problèmes ».

Lors de nos recherches nous avons souvent été confrontés à des immeubles vétustes et mal entretenus. Une infrastructure générale laissée à l’abandon. Alors que le discours des architectes et des urbanistes de l’époque promettait un monde parfait, moderne, beau et fonctionnel. Dans ce décalage entre les idéaux de l’époque et la réalité d’aujourd’hui se crée un sens qui nous affecte profondément.

Stigmatisés comme des ghettos, qui seraient dû à leur architecture répétitive et dénuée de poésie, ils ont une place dans l’imaginaire de la ville qui fait peur. Du haut de leurs étages ils lancent un regard de défi à qui voudrait s’y attaquer. Leurs mille fenêtres, leur hall d’entrée dégradée, leurs antennes satellites et leur masse imposante donne à voir une image du logement collectif qui s’est subitement ternie en une génération.

Ce vieillissement rapide se fait en parallèle d’une certaine vision de la fin des utopies du social et du collectif et vient souvent servir de preuve aux contestataires de cette forme architecturale et à ceux qui réclament leur démolition. Les dynamitages des barres et des tours se succèdent un peu partout en Europe et finissent par faire disparaître toute cette vie dans un nuage de poussière. Alors que nous traversions les banlieues nous regardions au dessus des murs anti-bruits des autoroutes surgir des bâtiments et nous nous demandions combien d’entre eux allaient disparaître…

Nous nous sommes mis à chercher des plans et des documents qui raconteraient leur naissance et leur construction. C’est alors que nous nous sommes rendus compte que ces bâtiments qui datent du milieu des années 50 jusqu’à la fin des années 70  avaient tous été conçus avant le dessin par ordinateur. Ils avaient été dessinés à la main, à partir de croquis au crayon, qui promettaient un avenir radieux à des immeubles visionnaires.

Sur les cartes postales et les photos de l’époque on voit des jeunes couples avec enfants qui allaient bientôt s’installer derrière les centaines de fenêtres pour pouvoir collectivement goûter aux joies du confort moderne. On observe aussi tous ces enfants en train de s’amuser au pied des tours. Autour d’eux c’est encore bien vide et c’est sans doute ce qui a le moins changé : C’est toujours aussi vide.

Pour nous il s’agit de montrer les grands ensembles et leurs transformations dans le temps. La vision de ces bâtiments modernes fait que nous sommes envahis d’une étrange sensation de dépossession de la réalité. Un sentiment tragique nous gagne à travers la déconstruction d’un monde qu’on avait l’impression de connaître mais qui n’est plus.

A travers l’exposition ‘Un monde parfait’ nous cherchons à reprendre ces problématiques et à montrer de façon métaphorique ce monde idéal en bouleversement dans toute sa fragilité.

Galerie Gourvennec Ogor
7, rue Duverger
13002 Marseille
Tel : 09 81 45 23 80
Fax : 09 81 40 14 80
Ouvert du mardi au samedi de 10h à 13h / 15h à 19h et sur rendez-vous
 
ImageImageImage